Marine%20Chagnon_edited.jpg

BIOGRAPHIE

© Christine Ledroit-Perrin

Diplômée d’un Master mention Très Bien à l’unanimité du CNSMDP au sein de la classe d’Elène Golgevit, Marine Chagnon complète sa formation avec des master-class données par des artistes de renoms : Ludovic Tézier, Anne Sofie von Otter, Barbara Hannigan, Karine Deshayes, Jennifer Larmore, Hedwige Fassbender, …

 

On a déjà pu voir Marine en scène dans Lola de Cavalleria Rusticana, Dido de Dido & Aeneas, la Tasse Chinoise/la Chatte de l’Enfant et les Sortilèges au Théâtre du Châtelet, Cherubino, Zweite Dame, la Périchole (rôle-titre) à la Scène Nationale Sud-Aquitain, Euridice de l’Orfeo et Annio de la Clemenza di Tito, Lucilla de la Scala di Seta, Mélisande,  …

 

En septembre 2021, elle intègre la prestigieuse Académie de l’Opéra de Paris, au sein de laquelle Marine interprète d’abord la Giuditta de Scarlatti (rôle titre) à la Grange au Lac d’Evian avec Les Accents/T. Noally, puis Il Paggio dans Rigoletto à l’Opéra Bastille (G.Sagripanti/C.Guth). Elle est ensuite Poppea de l’Incoronazione di Poppea de Monteverdi pour une série de dates au Théâtre de l’Athénée, à l’Opéra de Dijon ainsi qu’à Amiens, avec le Poème Harmonique et mis en scène par Alain Françon. Elle est aussi soprano 2 dans le Stabat Mater de Rossini à l’Opéra de Dijon et dans un même temps, joue le rôle-titre d’Olympe de Gouge dans la création de la version orchestrale de l’opéra d’Isabelle Aboulker à la Philharmonie de Paris avec l’Orchestre National d’Ile de France. 

 

Lors de cette riche année, Marine a également sorti son premier disque intitulé -Ljus- avec la pianiste Joséphine Ambroselli, au label Mirare. Un projet très singulier, sur les plus belles mélodies suédoises de la première moitié du XXième siècle, distingué par la critique, entre autres, de 5 diapasons.

 

La saison prochaine marquera les débuts de Marine sur la prestigieuse scène de l’Opéra Garnier dans le rôle de Tisbe de la Cenerentola (D.Matheuz/G.Gallienne). Elle retrouvera cette salle emblématique pour deux soirées Gala, dont l’une dirigée par Gustavo Dudamel. On pourra ensuite l’entendre dans Kate Pinkerton de Butterfly (Puccini) à l’Opéra National de Bordeaux, dans un récital sur les compositrices françaises au Palazzetto Bru Zane de Venise, puis dans Lucilla de la Scala di Seta (Rossini) au Théâtre de l’Athénée avec l’équipe de l’Académie, dans la Giuditta (rôle titre) à l’Auditorium du Louvre, pour terminer avec Flora dans la Traviata (Verdi) à l’Opéra National de Nancy.